Le titre est un peu cash, je vous l’accorde, mais c’est pourtant le conseil que je donne à beaucoup d’entreprises. Vous allez sans doute me dire que c’est totalement irresponsable, mais c’est pourtant la réalité. Engager une audience ne veut pas dire : passer sa vie sur les réseaux sociaux !

Je n’ai rien contre les réseaux sociaux. Ce sont des outils incroyables, qui vous permettent de toucher une audience, et peuvent même devenir un outil d’acquisition très puissant s’ils sont bien utilisés.

Ce que je souhaite vous transmettre ici, c’est le manque de recul que nous pouvons avoir parfois sur ce sujet.

people on spiral staircase

1. Un tunnel de conversion cassé

La première erreur que je vois souvent chez mes clients, c’est le manque de vision de leur tunnel de conversion. Faire de l’acquisition c’est bien, mais si votre tunnel est une passoire, vous allez devoir dépenser beaucoup d’argent… pour rien (ou pas grand-chose en tout cas). Avant de dépensez de l’argent sur les réseaux sociaux (ou plus globalement sur de l’acquisition), assurez-vous que

  1. Votre site, plateforme de vente est efficace pour conserver un contact avec vos clients. Cela passe souvent par la génération de lead
  2. Votre CRM est structuré et solide. C’est un outil majeur pour créer une relation efficace avec vos clients.
  3. Vous avez des ambassadeurs forts et présents. Nous pensons que nous vivons dans un monde hyper technologique ou l’IA va changer le monde. Peut-être, mais aujourd’hui encore, le bon vieux bouche-à-oreille fonctionne très bien !

Voici la première raison qui me rend triste quand des clients souhaitent dépenser beaucoup d’argents, mais n’ont pas une vision globale de leur tunnel.

Pour notre activité, le storytelling, penser son parcours d’achat de bout en bout est un levier extrêmement important de créativité. Raconter des histoires, produire des contenus est souvent associé aux réseaux sociaux. Mais ce n’est pas toujours le cas. Vous pouvez mettre en récit votre marque sur votre site internet, sur vos livres blancs, sur vos fiches produits, dans votre tunnel d’achat, le tout avec la collaboration de vos ambassadeurs. Raconter une histoire cohérente avec votre marque, c’est avant tout, apprendre à raconter une histoire sur le long terme, à chaque point de contact avec votre audience.

low-angle photography of metal structure

2. Une complémentarité des outils d’acquisition

Deuxièmement, c’est erreur de croire que la stratégie “mono-canal” suffit pour avoir une bonne d’acquisition. C’est la complémentarité des canaux qui peut vous permettre d’avoir une réelle efficacité. N’oubliez pas l’événementiel, l’achat média, les relations presse, le SEO. Oh oui s’il vous plait, n’oubliez pas le SEO ! Lorsque vous avez un problème, que vous cherchiez le produit ou service parfait pour votre besoin : allez vous passer votre vie sur Facebook en vous demandant si vous allez bien réussir à trouver votre solution, ou est ce que vous allez poser la question à Google ? A priori la seconde solution est la bonne. No Pain, No Gain : si vous ne répondez pas aux attentes d’une personne, alors vous n’aurez pas d’engagement.

D’un point de vue du story telling, c’est de nouveau un terrain de jeu complet qui s’ouvre à vous, avec une stratégie transmédia qui vous permet de raconter de nombreuses histoires avec de nombreux formats autour d’un même message.

people holding shoulders sitting on wall

3. Une transformation d’acquisition à fidélisation

Enfin, parler des réseaux sociaux comme un levier d’acquisition seulement est sans doute une erreur. Ce n’est pas voir le potentiel de ces plateformes comme des outils de fidélisation. Finalement, même pour des petites marques, vos nouveaux abonnés vous ont-ils connus sur le réseau social ? Plusieurs cas de figure s’offrent à vous, mais il est fort à parier que vos abonnés sont aussi vos consommateurs (sauf si vous êtes une marque de luxe totalement inaccessible, mais que vous faites rêver vos clients). Pourquoi dans ce cas ne pas repenser votre communication sur cette plateforme non pas avec un objectif d’acquisition, mais bien un objectif de fidélisation.

Cette perspective change totalement les contenus que vous allez pouvoir produire : bien plus proche de votre audience, avec un enjeu communautaire plus fort, avec un langage propre à votre communauté. Bref, avoir une communauté d’ambassadeurs forts, à qui vous allez pouvoir transmettre le message à partager. Vous vous souvenez d’Emmanuel Macron hurlant : Parce que c’est votre projet”. Et bien nous avons oublié la phrase d’après, mais l’ensemble de cette phrase est : “Moi, je le porterai dans la durée, je le porterai jusqu’au bout, mais maintenant, votre responsabilité, c’est d’aller partout en France, pour le porter, et pour gagner ! Ce que je veux, c’est que vous, partout, vous alliez le faire gagner, parce que c’est notre projet !” On est bien ici dans une stratégie d’ambassadeurs.

En termes de Storytelling, cela ouvre de nouvelles narrations. En termes de forme déjà avec une tonalité plus adaptée, de nouveaux formats que vous allez pouvoir essayer. Mais aussi en termes de fond, avec de nouvelles histoires.

neon signage

En conclusion, croire que les réseaux sociaux sont l’Alpha et l’Omega de la communication est faux. Communiquer c’est toujours garder en tête son tunnel de conversion, garder un oeil constant sur vos analytiques et venir mettre de la performance au bon endroit. C’est à ce prix que vous aurez des histoires efficaces ! Une histoire seule n’est rien, une histoire qui a de la valeur doit être au bon endroit, au bon moment et surtout dans le bon contexte.

 

All rights reserved Salient.